Bianchini - Wikidolist

Dernière modification : 2008/02/23 14:40

invitation


From: Samuel Bianchini sb@dispotheque.org
Date: 1er Février

Je suis en train de préparer un ouvrage sur la recherche et création avec le jeune éditeur "Burozoïque", distribué par Paris Musées, avec un fort soutien de l'École nationale supérieure d'art de Nancy. Le Design graphique sera assuré par Labomatic ( http://www.labomatic.org ). Je suis en train de préparer une présentation et un conducteur pour les auteurs. Les textes de 15000 signes maxi. env. devront être rendus courant mai.

J'ai eu l'occasion d'échanger avec vous récemment concernant la publication d'un ouvrage sur la Recherche et création interactives, pour beaucoup menée à partir de nos écoles d'art respectives et aussi en dehors du cadre de celles-ci.

Je vous confirme aujourd'hui la proposition de publier un texte dans cet ouvrage qui sera édité par le jeune éditeur Burozoïque en coédition avec l'École nationale supérieure d'art de Nancy.

Comme vous l'avez compris, nous souhaitons faire un ouvrage pour un public bien plus large que celui de nos seules écoles et de surcroît de l'école d'art de Nancy et aborder plus largement l'articulation entre recherche, création et pédagogie dans le champ des arts mettant en œuvre des technologies interactives.
Afin de vous donner une vision assez claire du positionnement de cet ouvrage et des problématiques qu'il implique, vous trouverez ci-joint une présentation de celui-ci ainsi qu'une note à votre attention à la fin de ce document. Note proposant quelques problématiques parmi bien d'autres qui pourront être abordées.
Les textes attendus pour le courant mai sont d'environ 15000 signes. Ils peuvent être illustrés et vous pouvez proposer en plus des notices et visuels de créations que vous souhaitez présenter. Vous pouvez vous référer au tableau quantitatif pour avoir une vision plus précise de ces questions.

Compte tenu du budget serré et malgré tout encore assez conséquent d'un tel ouvrage, nous ne pouvons malheureusement pas rémunérer les auteurs, mais vous êtes en général tous rattachés à une institution qui, je l'espère, assure votre pouvoir d'achat ;-)

Stéphanie Méséguer, l'éditrice, va vous envoyer très prochainement un document pour formaliser notre entente.





Présentation:


Web, jeu vidéo, téléphone mobile multimédia, installation interactive, environnement virtuel partagé ... : l'interactivité est de plus en plus présente dans les nouveaux paradigmes médiatiques en plein essor. Si elle est une dimension essentielle des nouvelles modalités de représentation et d'action de nos sociétés, afin de ne pas la laisser réduire à sa seule ustensilité ou à un outil de divertissement et de contrôle, l'art doit se donner les moyens et les méthodes pour investir ce nouveau champ de création. C'est d'abord comme modèle relationnel que la dimension interactive est apparue au sein de la création artistique contemporaine, beaucoup moins comme nouveau moyen opérationnel de mise en œuvre. Face à ce territoire technologique et sociétal complexe les artistes ne peuvent plus avancer seuls et en partie démunis, à moins d'accepter de se positionner comme commentateur, illustrateur, réalisateur attentioné ou, au mieux, “bidouilleur” ingénieux.
    
Pour permettre un investissement pratique, critique et prospectif d'envergure dans un rapport renouvelé et négocié à la technique, aux technologies, il est aujourd'hui essentiel de positionner la pratique artistique comme un domaine de la recherche, reconnu en tant que tel, et associé aux réseaux d'excellence déjà constitués dans les autres disciplines. La recherche artistique n'est plus un vain mot. Elle introduit un travail collectif avec une nécessaire articulation des compétences, en particulier entre création et ingénierie. Elle renouvelle les liens entre pratique et théorie, cette dernière prolongeant et relançant le travail de création à la fois par sa capacité réflexive et par son évidente propension au partage des idées, ici, nécessairement pratiques et pragmatiques. Elle pousse les artistes à se positionner au sein de réseaux internationaux constitués. Elle réagence une économie de l'art, marquée elle aussi par le marché, en adoptant davantage une économie de l'amont en prise avec les milieux de la recherche et de l'innovation publics et privés. Enfin, positionner l'art comme un domaine de recherche l'inscrit dans la stratégie internationale de développement et de rayonnement des grands établissements de recherche et de formation. Des formations, à la recherche et par la recherche, qui profitent de la dynamique dans laquelle elles s'inscrivent et l'enrichissent de forces vives.

Si le mouvement est maintenant amorcé et commence à être compris des décideurs tant publics que privés, qui y voient aussi, à juste titre, une opportunité de développement, de valorisation et d'innovation, reste que le positionnement de la création artistique comme un domaine de recherche en prise avec les technologies pose encore de nombreuses questions. En France, quelques établissements se sont engagés dans cette voie et se sont donnés les moyens de développer de véritables projets articulant recherche, pédagogie et création.
L'École nationale supérieure d'art de Nancy a ainsi mis en place depuis plusieurs années, au sein de l'Alliance Artem (partenariat institué avec l'École nationale supérieure des Mines de Nancy et l'ICN - École de management de Nancy), une politique soutenue de recherche et de création dans le champ des médias interactifs, avec, en particulier, deux ateliers : “ElectroShop” et “Contrôle de l’image”, et, depuis 2007, “vidéo jeu”. Des ateliers complémentaires qui s'intéressent respectivement aux problématiques d'espace interactif (installation et spectacle vivant), d'interactivité en réseau (web, environnement partagé) et de narration interactive (vidéo et cinéma interactifs). L'École nationale supérieure des arts décoratifs développe depuis longtemps une politique de post-diplômes sur ces questions et maintenant un nouveau cycle de recherche, création et innovation. L'École supérieure de l'image (Angoulême-Poitiers) tout comme l'École supérieure d'art d'Aix en Provence aujourd'hui associée à l'École supérieure d'art de La Villa Arson à Nice se sont engagées depuis plusieurs années dans des formations et programmes de recherche. Pratiques et théoriques, prospectifs et réflexifs, ces ateliers, post-diplôme et nouveaux cycles ont permis la mise en œuvre de nombreux projets novateurs tant sur les plans artistique, technologique que sociétal.
    
S'appuyant sur ces expériences significatives de différentes écoles d'art françaises - dans leur relation au milieux universitaires et de la recherche -, et sur la vision de personnalités du domaine étayant le développement de ces problématiques dans le domaine de la création contemporaine, dans la relation à la recherche scientifique et à la recherche et innovation privées autant que dans une dynamique internationale, cet ouvrage a l'ambition de proposer les bases d'une véritable politique de recherche et de création avec les médias interactifs à la confluence de la création contemporaine, des milieux de la recherche et de la pédagogie.


(voir dossier pdf complet)