locus sonus > symposiums
 
 
 http://locusonus.org/
 contact: info (at) locusonus.org

|2004|2005|2006|2007|2008|2009|

menu recherche :
  contrat DAP - Audio/Espaces/Réseaux - (2005/2006) 
  contrat FACE - current technological research in sound, immersive environments, telecommunications, kinetic art and robotics - (2005/2008) 
  contrat DAP - Audio Sites - (2006/2007) 
  contrat CNRS/DAP - Audio Extranautes - (2007/2008) 
  contrat ANR - Art Sonore, Ambiances urbaines, prise de Place Publique - (2008/2011) 
  contrat CNRS - Audio Urbain et Étendu - (2008/2009) 
  contrat PUF - TransatLab Research: Actual/Virtual Sound, Space and Objects - (2008/2011) 
rapports :
  2005/2007 -
Audio Geo / Audio Sites (DAP 2008) 

menu symposiums :
11/2005 - Symposium 1 - Audio/Espaces/Réseaux 
04/2006 - Symposium 2 - Audio Geo 
11/2006 - Symposium 3 - Audio Sites 
12/2007 - Symposium 4 - Audio Extranautes 


menu symposium AUDIO GEO
     introduction 
     argument 
     programme 
     documentation 
     participants 
     images 
     affiches 
     mp3 files 
     reports, pdf files 


locusonus
 Locus Sonus WiKiLab 
• Liste des articles / Pages List
 Derniers articles publiés / Recent posts :
• step motors - 05/01/2009
• networked sonic spaces - 05/11/2008
• NMT - 05/11/2008
• Locustream pre-streambox - 02/11/2008
• Locustream Streambox - 02/11/2008
• Glossary - 02/11/2008
• Accueil - 02/11/2008
• Tardis - 02/11/2008
• son et cinema - 02/11/2008
• sl screenshots - 02/11/2008
• Francis Bacon - 02/11/2008
• Linux Audio Conference - 02/11/2008
• sl tracking - 02/11/2008
• microphones - 02/11/2008
• Workshop ESBAM2008 - 02/11/2008

 

 Symposium 2 : images 























Photos: Cyrille de Laleu, Nicolas Bralet


04/2006 Symposium 2 - Audio Geo

du 10 au 14 avril 2006
École Nationale Supérieure d'Art de Nice Villa Arson
http://www.villa-arson.org/



INTRODUCTION

introduction:
Quand les corps deviennent interfaces des flux.
[1]

Dans le cadre du programme de recherche "Territoires Électroniques de la création sonore" et à la suite du premier symposium, Audio/Espaces/Réseaux, qui s'est déroulé au mois de novembre dernier avec de nombreux intervenants, auteurs de communications/conférences et d'interventions/performances, le programme de recherche et 3ème cycle Locus Sonus propose un second moment intensif autour d'un workshop, d'une soirée performances et de deux journées d'échanges et d'interventions. Lors de ces deux journées qui seront organisées en trois temps (chacun donnant lieu à une question, des interventions/présentations et un moment de discussion), chaque participant pourra assurer une présentation de l'état de ses recherches au regard de la thématique proposée. Le cycle annuel se prolongera par un troisième symposium au mois de juillet prochain.
3 temps se succéderont et s'articuleront lors de la semaine du 10 au 14 avril: un workshop autour des interfaces de dispositifs multiplex de streamings, une soirée publique de performances à la fois prolongeant le workshop (dispositif face-à-face et en ligne du Laboratoire collectif Locus Sonus) et proposant un second événement qui sera réalisé par Adam Hyde, invité durant cette semaine, et une journée symposium autour de deux conférences génériques (Adam Hyde et le Hurloir), d'interventions en ligne et d'une table ronde réunissant les acteurs de cette semaine (étudiants et coordinateurs du 3ème cycle, membres du Conseil Scientifique de Locus Sonus, et enseignants des deux Écoles concernées - l'ESA d'Aix-en-Provence et l'ENSA de Nice Villa Arson -, participants à l'espace forum DropBox et observateurs).

La thématique de ce symposium, Audio Geo, prend comme objectif l'interrogation des pratiques d'audio en ligne (streaming, podcasting, skypecasting, contrôles audio à distance, etc.) des points de vue instrumental et plastique - l'immersion et l'action des corps, la localisation des points d'écoute et de production, la modification des espaces et les extensions temporelles - et de l'élaboration de dispositifs de flux de données (audio) en tant qu'interfaces de ces espaces virtualisés et qu'instruments de jeu/performance et d'interaction avec une installation.

Le workshop sera un temps-laboratoire Locus Sonus (non-public); les conférences et la soirée performances seront ouvertes à tout public; les trois demi-journées Table Ronde seront semi-publiques, ouvertes aux enseignants et étudiants concernés par les thématiques et les questions abordées.

Durant le workshop-laboratoire avec Michel Waisvisz et Frank Baldé (STEIM), nous souhaitons aborder 3 problématiques ou hypothèses:
  • quels sont les moyens pour interpréter/traduire des notions d'espace, de distances, de géographies et de magnifications (effets de loupe et d'amplification) au travers de la forme (de temps, d'espaces) et d'échelle(s) relative(s) des dispositifs de contrôle et/ou d'émission sonores des streams?
    - Nos dispositifs en cours utilisent des flux audio streamés (distants, IP-adressés) et des transferts audio (FM) locaux, mobiles et délimités par un périmètre identifié (dû à la technologie FM). -
  • comment définir une interface commune à l'opposé (ou en complément, ou en extension) d'une interface instrumentale personnelle et/ou constituée de et associé à des gestes personnels, comme une extension de la nature spécifique des réseaux (la réticularité et l'inter-opérabilité) dans l'espace de performance?
  • comment approcher les notions d'autonomie (actuellement développées par le STEIM) dans le cadre de construction des systèmes (autonomous objects) et des processus - si nous concevons les unités mobiles d'émission et de réception des streams comme possiblemement autonomes, autant au niveau technique (autonomie énergétique, autonomie de fonctionnement, autonomie de connexion), qu'au niveau de leur implémentation (leur localisation sociale, etc.) - ?


--------------------------------
[1] Paraphrase de l'exposition "Quand les attitudes deviennent formes" organisée par Harald Szeemann à Berne en 1969.





ARGUMENT

AUDIO-GÉOGRAPHIE
ou AUDIO GÉO


Le laboratoire Locus Sonus [1] construit depuis plusieurs mois un dispositif instrumental et d'installation dont une première partie est conçue à partir de flux audio de sons environnementaux streamés, émis, transférés et interprétés selon des parcours, des lieux et des contextes [2]. Ce dispositif est appareillé à des interfaces de jeu et des constructions d'espaces audio manipulées et parcourues. Ces flux sont des "micros ouverts" [3], des captations microphoniques transmises à distance, "non-gelées" [4], "fantômes" [5], dont la nature audio est modifiée par des traitements au moment de la captation et au gré de leur réception [6]. Ces traitements peuvent être complétés par des apports supplémentaires de sons introduits, à l'image de géographies sonores restituées et constituant par leurs écoutes simultanées d'autres géographies et environnements.

Les technologies de streaming induisent la fluidité, la simultanéité et le direct d'un lieu à un autre (devenant des "extra-lieux" privés d'ancrage [7]). L'écoulement lisse des flux se confond avec son objet - les sons transmis comme particules circulantes, autophones [8], trains de données incessantes [9] - et s'assimile à sa propre technicité qui est ainsi démontrée, fonctionnelle, sans échelle. Au-delà du raccourci des distances, de la célérité de la transmission et d'une communication universelle annonçant par ailleurs l'homogénéisation des consciences et des comportements - contre laquelle nous devons nous armer [10] -, notre intérêt se porte sur le ralentissement, les aspérités et l'interprétation à dimension humaine induits par un tel dispositif. Il n'y a de flux, d'écoulements, de déplacements que s'il y a des singularités, des sédentarités: le moment et le lieu d'où et durant lequel l'on émet, le moment et le lieu où et durant lequel l'on reçoit, le lieu d'où l'on parle et le moment de cette interlocution, etc.
Cette interlocution est la dimension instrumentale du dispositif Locus Sonus, qui l'informe et qui le constitue; comment jouer de ces flux, de ces streams, de ces matériaux continus et factuels, sons de contextes distants? comment "incorporer", c'est-à-dire comprendre les corps, "graphier", "comproviser" [11] et interpréter spatialement et temporellement ces "chronotopes" [12]? Loin d'être des lignes de fuites, de simples déplacements, des déterritorialisations ou des délocalisations migratoires, et ainsi de continuer à rompre les distances ou encore à signifier un temps synchronisé pour tous, il y a écart, différé, différences de temporalités et de localités. L'écoulement devient un "écoutement" [13], à la fois une pratique de l'écoute de ces réceptions sonores, et une pratique de ces émissions qui sont ainsi "jouées" et "interprétées", construisant des situations centrifuges et centripètes, des paysages inventés [14], des sillages où chacun inscrit son récit et ses fictions collectivement.

L'hybridation des corps, techniques et vivants, est au coeur de ce dispositif instrumental [15].
De quelle organologie relève ce méta-/multi-/télé-instrument [16], (télé-)autophone et interface jouable innervée de flux sonores, sinon de celle de l'écoute, de l'enregistrement et des contrôles du son?
Quelles formes se dessinent à partir de ces immersions, de ces contextes imbriqués (réceptions/émissions via les réseaux) et de ces étendues et durées expérimentées [17]?



--------------------------------
[1] http://locusonus.org/, 3ème cycle art audio, École Supérieure d'Art d'Aix-en-Provence, École Nationale Supérieure d'Art de Nice Villa Arson. Le laboratoire collectif jouera de son dispositif dans différents lieux en Europe et en Amérique du Nord durant l'été 2006.
[2] http://audiolib4.free.fr/wikils/ , rubriques "Streaming" et "Ecoutes" pour accéder au log-book audio des flux ogg.
[3] Un micro ouvert est un système audio autonome (micro, encodage, adresse IP) qui capte en continu son environnement. Il est placé dans un contexte choisi, il peut être fixe ou mobile (embarqué sur un système mobile). (Appelé aussi web-mic ou webmic - Cédric Peyronnet, http://www.ingeos.org/ et Yannick Dauby, http://www.kalerne.net/ -)
[4] Référence à François Rabelais, narrant l'histoire des sons "gelés" qui en fondant font résonner les sons de leur environnement qu'ils ont emprisonnés lors de leur solidification (Pantagruel, Quart-Livre, 1532).
[5] "Maurice Merleau Ponty appelle "un fantôme" un phénomène qui n'accède qu'à un seul de nos sens. Cette particularité nous laisse dans un état de doute sur son existence. C'est peut-être le propre de l'écoute acousmatique." (in Yannick Dauby, Paysages Sonores Partagés, Chap. 4, http://kalerne.free.fr/textes/yannick/pspartages/4transferts/42fluxpaysages.html )
[6] Ces traitements sont des processus construits (patches PureData) modifiant les sons ou les séquencements des sons, et installés sur les ordinateurs sur lesquels sont connectés directement les microphones (sur les lieux de captation).
[7] La notion de lieu devenant existante que par la transmission et le transfert des informations le concernant (sans que nous puissions éprouver ces lieux).
[8] Instrument qui joue tout seul.
[9] Le brouhaha invisible et inaudible des flux permanents de données (les flux radio, les flux d'information, les flux magnétiques, etc.)
[10] Lire à ce sujet les publications actuelles de Bernard Stiegler.
[11] Néologisme concaténant les termes "composition" et "improvisation", et signifiant l'entrelacement nécessaire entre l'écriture (programmée) et le jeu (improvisé, organisation imprévue) sur des échelles temporelles longues (Michel Waisvisz). Plus largement: compositions écrites qui comprennent des improvisations lorsqu'elles sont jouées ou enregistrées (Cline 2005; Richter & Ireland 1989).
[12] Concept introduit en critique littéraire, dans les années 1920, par Bakhtine, qui emprunte le terme à la physique et aux mathématiques, et l'utilise dans un sens métaphorique. Le chronotope ou "temps-espace" est une catégorie de forme et de contenu basée sur la solidarité du temps et de l'espace dans le monde réel comme dans la fiction. Nous pouvons ici proposer un exemple: http://nocinema.org/ .
[13] Néologisme créé à propos à partir de écoulement et écoute.
[14] Yannick Dauby, "Paysages Sonores Partagés", 2004; et la notion de "paysage imaginaire" héritée de John Cage (processus de coexistence non-hiérarchique de sons pré-existants ou non, hors du désir de l'auditeur et de l'auteur) (voir aussi Daniel Charles, http://www.olats.org/projetpart/artmedia/2002/t_dCharles.html ).
[15] Voir à ce sujet Peter Szendy, "Membres fantômes. Des corps musiciens", Éd. de Minuit, 2002.
[16] "télé-" en grec veut dire "au loin" (à distance).
[17] Nous prolongeons ici un générique de Bastien Gallet, "Composer des étendues (l'art des installations sonores)", ESBA Genève 2005.









PROGRAMME

         
LUNDI 10 MARDI 11 MERCREDI 12 JEUDI 13 VENDREDI 14
         
workshop

locus sonus
avec
Michel Waisvisz
et Frank Baldé(STEIM)
Guillaume Stagnaro et
Jean-Pierre Mandon (ESA Aix)






(plateau expérimental / partie workshop)
workshop

locus sonus
avec
Michel Waisvisz
et Frank Baldé(STEIM)
Guillaume Stagnaro et
Jean-Pierre Mandon (ESA Aix)






(plateau expérimental / partie workshop)
workshop

locus sonus
avec
Michel Waisvisz
et Frank Baldé(STEIM)
Guillaume Stagnaro et
Jean-Pierre Mandon (ESA Aix)






(plateau expérimental / partie workshop)
symposium

conférence 1:
Le Hurloir
(10h)
(Amphi3)





table ronde



(salle Paul Gagnard)

symposium
conférence 2:
Adam Hyde
(Radioqualia)
(10h)
(Amphi3)




table ronde



(salle Paul Gagnard)

         
      performances
Locus Sonus
Adam Hyde


(plateau expérimental)
 
         


Note de dernière minute: Michel Waisvisz et Frank Baldé ne pourront nous rejoindre pour cette semaine. Le workshop sera assuré par Guillaume Stagnaro et Jean-Pierre Mandon (ESA Aix-en-Provence).
Nous souhaitons un prompt rétablissement à Michel Waisvisz.





DOCUMENTATION


       
  LUNDI 10, MARDI 11, MERCREDI 12 AVRIL    
       
tous les jours workshop Locus Sonus
avec Jean-Pierre Mandon et Guillaume Stagnaro
performance Locus Sonus - préparatifs - (video)
       
  JEUDI 13 AVRIL    
       
10h00 conférence ANDRÉ LOZANO, Le Hurloir pdf - vid - (à venir) - url
14h00 Table Ronde Compte-rendus pdf (à venir)
       
19h15 performance LOCUS SONUS performance Locus Sonus (video)
20h00 performance ADAM HYDE video
       
  VENDREDI 14 AVRIL    
       
10h00 conférence / discussion ADAM HYDE, Radio vs Streaming pdf - url
video
14h00 Table Ronde Compte-rendus pdf (à venir)
       





PARTICIPANTS


Le laboratoire Locus Sonus: Nicolas Bralet, Jérôme Joy, Esther Salmona, Peter Sinclair, Lydwine Van Der Hulst
Invités: Adam Hyde (Radioqualia), Le Hurloir
Présents: Samuel Bordreuil, Philippe Franck, Christophe Kihm, Olivier Koechlin, Dominique Besson
Excusés: Bastien Gallet, Bernard Stiegler, Raphaël de Vivo, Michel Waisvisz, Bernard Conein.
Enseignants: (les enseignants des deux Écoles sont conviés à suivre les conférences et les tables rondes, et bien sûr la soirée performances)
Étudiants: (entrée libre pour les conférences et les performances / sur demande pour le suivi des tables rondes)
Observateurs sollicités: Jean-Claude Conesa (DAP), Alain Derey, Jean-Paul Ponthot, Jean-Marc Réol, Éric Mangion
Documentation du symposium: Cyrille C. de Laleu


   
Adam Hyde


Musicien et artiste, Adam Hyde s'intéresse à la convergence de la diffusion et des technologies relevant de l'Internet. En Nouvelle-Zélande, il travaillait à la radio et à la télévision où il a fondé Static Television, la première station de télévision communautaire du pays. Résidant à Amsterdam de 1999 à 2003, il a fondé en collaboration HelpB92 et Open Channels for Kosovo, pour venir en aide aux médias indépendants de l'ex-Yougoslavie. Instigateur de Net Congestion, il a cofondé l'Open Source Streaming Alliance, une initiative qui a permis d'établir plusieurs serveurs en émission continue à des fins d'utilisation artistique et culturelle. Sous le pseudonyme "eset", il travaille comme musicien et comme artiste dont la pratique repose sur la conception de logiciels. À ce titre, il a conçu et fabriqué plusieurs applications comme the Theory Machine et the Frequency Clock. Installé à Londres, il poursuit le projet Radioqualia avec Honor Harger, au travers par exemple des projets Radio Astronomy et streamingsuitcase.
  http://www.xs4all.nl/~adam/
http://www.radioqualia.net/
http://www.streamingsuitcase.com/
http://www.fondation-langlois.org/html/f/page.php?NumPage=384
   
Thierry Fontaine,
André Lozano,
Elli Medeiros
(Le Hurloir)



Le Hurloir est un projet de Thierry Fontaine, André Lozano aka (loz) et Elli Medeiros, qui se développe depuis 2003.
Le Hurloir peut être installé en différents endroits du globe, entre deux lieux que l'on estime liés par une tension historique. Le Hurloir est un dispositif capable de transmettre en temps réel et sans interruption un cri ou une parole libre. Il est composé de microphones placés dans un lieu public où chacun peut venir s'exprimer pour se faire entendre à l'autre bout de la planète. Le son est entendu sur des hauts-parleurs placés dans un autre lieu public, comme cela a eu lieu du 23 février au 12 mars au Palais de Tokyo - site de création contemporaine - Paris). Internet est le moyen utilisé pour la transmission du son en temps réel. Le son est également audible sur un site internet dédié durant toute la période de fonctionnement du Hurloir. En l'absence d'interventions volontaires le son ambiant est transmis intégralement, son considéré lui-même comme un cri. Il en résulte une grande diversité de hurlements possibles. Les choses dites sans être criées sont aussi des cris.
A. Lozano (Loz) travaille aussi sur le projet LOgZ (http://www.logz.org). Il s'agit d'une plateforme d'édition online collaborative grêce à laquelle il participe à de nombreux projet d'artistes (avec Rebecca Bournigault, le projet Hurloir, l'École des Arts Décoratifs de Strasbourg, le centre d'art de Delme). Éditeur de la catégorie "Art : Numérique : NetArt" de l'Open Directory Dmoz (google), Il est aussi l'auteur de l'url en temps partagé. Ce projet a pour but de mettre à disposition des artiste une fenêtre en partage sur internet, matérialisée par l'adresse http://www.provisoire.net. Il s'agit de partager cette même adresse "provisoire" "provisoirement" avec d'autres personnes. Un temps limité est assigné pour chaque proposition. Il s'agit d'un concept totalement ouvert et expérimental. Les contenus sont en perpétuelle évolution. Il est l'initiateur de la première Lan Party entièrement en Wifi.
Thierry Fontaine est un artiste plasticien. Originaire de l'Océan Indien, Thierry Fontaine est l'auteur de tableaux photographiques dans lesquels la question de l'identité se pose via l'appropriation de registres d'expression (photographie, sculpture, etc.) qui déterminent la légitimité des représentations en Occident. Distinct d'un art qui, pour sortir de la zone des pays du Tiers-Monde, se trouve aujourd'hui invité à répondre aux attentes d'un nouveau relativisme ethnographique en vogue au sein des anciennes puissances coloniales, cette oeuvre répond par une étrangeté étrangère à l'étrangeté...
Elli Medeiros est née à Montevideo en Uruguay. Elle fait ses débuts dans la musique, au sein du groupe new wave Stinky Toys. Cette formation enregistre deux albums et se produit en concert à la fin des années 70 et au début des années 80. Elli décide alors de poursuivre son chemin en solo, avec l'aide de son ami Jacno. Elle commence par la BO du film de Rohmer Les Nuits de la Pleine Lune et poursuit avec son premier album Bom Bom en 87. Souvenez-vous Toi Mon Toit, devenu un classique. Depuis, Elli Medeiros se consacre essentiellement au cinéma, en tant qu'actrice, mais aussi scénariste et réalisatrice, courts et longs métrages avec des réalisateurs comme Olivier Assayas, Philippe Garrel, Eric Rohmer, Marion Lainé, Solveig Dommartin, etc.
  http://hurloir.net/
http://www.provisoire.net/bio/
http://thierry-fontaine.com/
http://www.ellimedeiros.com/
   
Guillaume Stagnaro
Jean-Pierre Mandon
(ESA Aix-en-Provence)




Guillaume Stagnaro travaille sur des dispositifs interactifs qui engagent le spectateur dans des relations de dialogue ou d'interférence avec des mondes préalablement organisés. La qualité de son travail tient notamment à la façon dont ces installations accueillent le spectateur en lui laissant sa pleine liberté de regard et d'action. Il y a là une dimension esthétique, qui tient à la sobriété et à l'élégance des formes mises en oeuvres, à l'apparente économie des moyens plastiques qui sont utilisés, à l'efficacité des signes qui sont convoqués, et surtout à la clarté des interactions qui sont offertes. Cette dimension esthétique n'est pas seulement formelle, elle trouve sa source dans la façon dont sont articulés les éléments sous-jacents aux installations, ceux qui participent des processus mis en oeuvre et de la logique de leur production.
Guillaume Stagnaro est né en 1975 à Aix-en-Provence. Après un DNSEP à l'École Supérieure d'Art d'Aix-en-Provence il passe deux années de résidence d'Artiste en Allemagne au ZKM (Zentrum fur Kunst und MedienTechnologie, Karlsruhe). En parallèle de ces réalisations personnelles il développe une démarche de programmation d'outils informatiques de diffusion et de création artistique. Il participe également au laboratoire PLOT avec Jean Cristofol et Fabrice Gallis.

Jean-Pierre Mandon enseigne la conception et programmation d'interface comportementale à LOEIL à l'École Supérieure d'Art d'Aix-en-Provence. Il développe actuellement le picoIP.

  http://www.010175.net/
http://www.loeil.org/
http://www.pictec.org/
   
Michel Waisvisz
Frank Baldé
(STEIM Amsterdam)


venues annulées


Michel Waisvisz est le directeur de Steim à Amsterdam depuis le début des années 80. Son but est de contribuer à la reconnaissance des arts de la performance électroniques et d'améliorer les circonstances difficiles dans lesquelles des artistes indépendants sont fréquemment forcés d'opérer.
En collaboration avec Frank Baldé, il a créé un grand nombre de logiciels informatiques qui se concentrent sur l'échantillonnage en temps réel (LiSa) et sur la composition instrumentale "live", (Junxtion).
Michel Waisvisz est compositeur, interprète et inventeur / pionnier dans le domaine de la musique électronique "live". Il occupe une place particulière dans l'histoire récente de la musique. En tant que compositeur de "son musical" il a développé d'authentiques instruments électroniques de scène dédiés à être utilisés pour des performances électroniques. Par conséquent sa musique électronique n'a jamais été limitée au travail de laboratoire. Il a été le premier à inventer et à se produire avec des contrôleurs MIDI [1]. Utilisant des instruments tels que ses Crackle Boxes, The Hands and the Web, les performances musicales de Waisvisz sont spectaculaires, uniques et extatiques. Ces instruments électro-mécaniques partent tous de l'idée selon laquelle les efforts physiques, combinés à la composition "live", sont les ingrédients clés de la performance musicale électronique.
Michel Waisvisz est également membre du Conseil Scientifique Locus Sonus.

Le workshop mené sur cette semaine Audio Géo est une coproduction STEIM / Locus Sonus.


[1] Le Musical Instrument Digital Interface ou MIDI est un protocole de communication et de commande permettant l'échange de données entre instruments de musique électronique, un ou plusieurs "instruments" pouvant ètre des ordinateurs ou des périphériques contrôlables et pilotables.
  http://www.steim.org/
http://www.crackle.org/
   
Participants au symposium  
Samuel Bordreuil Sociologue, CNRS, Directeur du LAMES, Laboratoire Méditerranéen de Sociologie, MMSH d'Aix-en-Provence, Université de Provence Aix-Marseille. Chercheur au LAMES (Laboratoire Méditerranéen de Sociologie), laboratoire du CNRS, à la MMSH d'Aix-en-Provence, Université de Provence Aix-Marseille où il anime le Pôle Villes. Sociologue urbain de formation, ses travaux actuels portent sur les nouvelles formes de la ville contemporaine, la place qu'y occupent les espaces publics et les sociabilités dont ces espaces sont le théâtre. En particulier, la question de la Cosmopole, comme espace où des citadins d'origines différentes sont amenés à cohabiter est au coeur de ses préoccupations. Il développe ces thèmes notamment dans deux contributions à des ouvrages collectifs : La Ville desserrée, in "La ville, l'urbain : l'état des savoirs", Éditions de la Découverte, Paris (2000).
Anatomie d'une émeute inter ethnique : Crown Heights, New York, 19 août 1991, in "Les juifs et la ville", Presses Universitaires du Mirail, Toulouse (2000).
L'activité scientifique du LAMES développe dans trois domaines de la sociologie : urbaine dans plusieurs de ses dimensions : espaces et territoires d'appartenance, circulations migratoires ; cadres sociaux de la connaissance, avec d'une part la transmission des savoirs scolaires d'autre part la réception des oeuvres artistiques et plus spécifiquement littéraires ; enfin celui des rapports entre sociologie et économie sous l'angle des représentations sociales et sous l'angle des pratiques et circuits informels de l'économie marchande. Membre du Conseil Scientifique Locus Sonus.
  http://www.mmsh.univ-aix.fr/lames/
http://www.imageson.org/
http://www.synesthesie.com/mobilites/popup/bordreuil_texte.html
   
Philippe Franck Historien de l'art et critique culturel, Philippe Franck dirige l'association interdisciplinaire Transcultures (http://www.transcultures.net) qu'il a fondé à Bruxelles en 1996 et a conçu de nombreuses expositions, rencontres, manifestations et festivals (dont City Sonics, parcours d'art sonore à Mons et à Maubeuge ou les Transnumériques, manifestation focus création/formation arts numériques, à Bruxelles et à Mons) en Belgique et en France. Il est également conseiller artistique au manège.mons pour Musiques Nouvelles et la Maison Folie (création interdisciplinaire). Parallèlement, il écrit dans diverses publications culturelles belges et françaises et enseigne dans des écoles d'art belges et françaises sur divers enjeux de la création contemporaine, transversale, numérique et musicale. Membre du Conseil Scientifique Locus Sonus.
  http://www.transcultures.net/
http://www.citysonics.be/
   
Christophe Kihm Ancien membre de la Revue Perpendiculaire, il est rédacteur en chef d'Art Press depuis 2001 et est consultant pédagogique à l'École d'Art du Fresnoy depuis 2002. Il a contribué à de nombreux journaux (Globe, Libération, Les Inrockuptibles, ...) , catalogues d'exposition (Sonic Process, GNS, I Peg, Live, Son et Lumière, ...) catalogues monographiques et revues (Cahier de Médiologie, Trouble, Fresh Théorie. Commissaire d'exposition (Salon des Prototypes au Fresnoy, Burlesques Contemporains au Jeu de Paume, Écoles d'Art au Centre Pompidou), il a notamment dirigé plusieurs numéros spéciaux d'Art-Press (Techno, Hip-Hop, Medium Danse, Écosystèmes de l'Art, Censure, le Burlesque). Il a assuré tout dernièrement le commissariat de l'exposition Jeremy Deller dans le cadre de Transmission au Centre d'Art de la Villa Arson à Nice. Membre du Conseil Scientifique Locus Sonus.
  http://www.fluctuat.net/2700-Christophe-Kihm
http://www.freshtheorie.fr/
http://www.villa-arson.org/
   
Olivier Koechlin Concepteur et réalisateur multimedia. Musicien et ingénieur de formation, il a travaillé tout d'abord dans l'industrie maritime et aéronautique. Dans les années 80, il est chercheur en traitement de signal et en informatique musicale à l'Ircam puis au Groupe de Recherches Musicales GRM de l'INA, où il conçoit également de nouveaux outils d'analyse documentaire sur la radio et la télévision. De 96 à 2001, il est directeur adjoint de la société Hyptique, où il réalise de nombreux produits multimédia interactifs (les cédéroms Yves Saint Laurent, La musique électroacoustique, les sites de l'ONJ, Festival d'Avignon, Cité de la Musique, Centre Pompidou, de plusieurs festivals etc.). Parallèlement, il enseigne à l'université Paris VIII, à l'ENSBA, au CNAM et à l'École nationale de la photo en Arles, autour des notions d'écran et de projection. Actuellement il intervient à l'École d'Art d'Aix sur le workshop Un autre lieu pour l'image (2005/2006).Il est invité en tant qu'observateur pour ce symposium.
  http://www.hyptique.net/
   
Dominique Besson Après des études musicales de piano et de percussion, elle étudie les outils numériques pour proposer des expériences sensibles dans les domaines de la perception musicale et de l'apprentissage. Après une licence de musicologie, elle est accueuillie au GRM en 90 et y découvre les différentes formes de représentation graphique du son. Elle s'initie à la problématique de la transcription des musiques électroacoustiques et invente avec Olivier Koechlin les Musicographies, dix partitions d'écoute interactives mises en scènes dans le cadre de différentes expositions et d'un cdrom.
Depuis quelques années elle collabore avec la chorégraphe Andrea Davidson sur La Morsure, une chorégraphie interactive dont elle écrit la musique en s'initiant au concept de la musique générative. Enfin en juillet 2002 elle compose pour Le Ring, dispositif instrumental octophonique de spacialisation temps réel développé par Antoine Schmitt, une pièce sonore générative pour l'exposition Chaos de Joseph Koudelka donnée è Arles è la chapelle des Frères Précheurs dans le cadre des Rencontres Internationales de la Photographie. Dominique Besson est invitée en tant qu'observatrice pour ce symposium.
   
   
Jean-Claude Conesa Inspecteur à la MIPEA, Mission d'Inspection Pédagogique des Enseignements Artistiques, Délégation aux Arts Plastiques (DAP), Ministère de la Culture.
  http://www.cnap.fr/
http://www.culture.gouv.fr/culture/dap/dap/index-dap.html
http://www.culture.gouv.fr/
   
Observateurs (sollicités) Alain Derey (Directeur Général de la Villa Arson Nice, École Nationale Supérieure d'Art.), Jean-Paul Ponthot (Directeur Général de l'École Supérieure d'Art d'Aix-en-Provence.), Jean-Marc Réol (Directeur Pédagogique École Nationale Supérieure d'Art de Nice Villa Arson.), Éric Mangion (Directeur du Centre d'Art Nice Villa Arson), ...

  http://www.villa-arson.org/
http://www.ecole-art-aix.fr/
   
Artistes et enseignants Jérôme Joy (enseignant son, ENSA Nice, coordinateur du post-diplôme 3ème cycle Locus Sonus), Peter Sinclair (enseignant son, ESA Aix-en-Provence, coordinateur du post-diplôme 3ème cycle Locus Sonus), Caroline Bouissou (DropBox), ...

Les enseignants de l'ENSA Nice Villa Arson et de l'ESA Aix-en-Provence sont invités à suivre les conférences et la soirée performances du symposium Audio Géo, ainsi que les tables rondes des 13 et 14 avril.
  http://locusonus.org/
http://www.villa-arson.org/
http://www.ecole-art-aix.fr/
   
Étudiants Nicolas Bralet (étudiant 3ème cycle Locus Sonus), Esther Salmona (étudiante 3ème cycle Locus Sonus), Lydwine Van Der Hulst (étudiante 3ème cycle Locus Sonus).

Les étudiants des cursus DNAP/DNSEP de l'ENSA Nice Villa Arson et de l'ESA Aix-en-Provence peuvent suivre les conférences et la soirée performances du symposium Audio Géo, et suivre les tables rondes dans un nombre restreint sur demande.
   
   



AFFICHES

Merci à Julien Bouillon pour les images Villa Arson,
et aux auteurs des autres images issues de différents sites, que nous utilisons ici en tant que documentation.



AFFICHES
(à imprimer au format A3)
audiogeo0.pdf
audiogeo1.pdf
audiogeo2.pdf
audiogeo3.pdf
audiogeo4.pdf
audiogeo5.pdf
documentation:
Jérôme Joy, Cyrille C. de Laleu, Peter Sinclair
Photos: Cyrille de Laleu, Nicolas Bralet